« Nous avons rangé à bâbord l’île aux Basques, elle a pris ce nom de ce qu’on y faisoit autrefois la pêche aux baleines.

On y voit encore d’anciens fourneaux pour en tirer l’huile. Sur le midi, y ayant calme, nous avons mouillé par le travers de l’île aux Pommes, où il n’y a aucune habitation : on l’appelle ainsi à cause de la quantité étonnante d’une plante rampante qui produit un petit fruit rouge, ressemblant pour la figure à celui qui est connu dans les provinces méridionales de France sous le nom d’azérole. Dans le printemps, ce fruit est dans sa maturité d’un goût délicieux très estimé des sauvages et des Canadiens. On en fait de bonne liqueur. Sur les trois heures, nous avons appareillé, nous avons rangé à tribord la rivière Saguenay et Tadoussac. »

Général Louis Joseph de Montcalm, 7 mai 1756.

L’île aux Pommes fit partie de la seigneurie de l’Isle-verte de l’époque de la Nouvelle France jusqu’en 1816. En effet, le 12 février 1816, les seigneurs Jean-Baptiste Côté et Barthélémy Côté concèdent à Pierre Sébastien Ouellette l’île aux Pommes avec toutes ses battures, droits de chasse et de pêche sur et autour. Cette transaction octroyait des droits seigneuriaux en lien avec l’île aux Pommes et elle devenait ainsi une propriété au sens propre du terme.

Le 12 février 1855, Anselme Bélisle père achète l’île aux Pommes. Cultivateur, il écoule les produits de sa ferme sur l’île, où il a construit une maisonnette, ravitaillant pilotes et capitaines de goélettes. Anselme fils, veuf, que l’on surnomme le « père Coucou », s’installe près de huit mois par année dans cette chaumière, apporte quelques poules avec lui, aménage une pêche à fascine et un jardin et, à son tour, accueille, à bras ouverts, navigateurs et pique-niqueurs sur son île.

Les pilotes de la Maison de la Trinité de Québec connaissent bien le père Coucou. Le pilote est alors un travailleur indépendant et la compétition est forte. Métier aventureux, mais lucratif, les pilotes utilisent leur propre goélette ou chaloupe à voile et s’élancent vers le bas du fleuve à la rencontre des navires océaniques. Prêt à tout, ces pilotes n’hésitent pas à quitter les havres, dans des conditions climatiques difficiles, pour être le premier à offrir ses services au navire remontant le fleuve vers Québec.

Après avoir guidé les grands voiliers jusqu’au port de Québec, les pilotes redescendaient le Saint-Laurent et allaient s’échouer, à l’abri, à l’île aux Pommes, sans crainte des conditions météorologiques, convaincus de l’accueil chaleureux du père Coucou. Leurs chaloupes de 16 à 22 pieds de longueur, non pontées, munies d’un ou deux mâts équipés de voiles auriques, s’échouaient facilement. Anselme Bélisle, le père Coucou, décède en 1900.

L’île aux Pommes ne connut qu’un seul naufrage, celui du Wandrahm. Le 14 mai 1893, en raison d’instruments nautiques désalignés, le Wandrahm, un paquebot à vapeur de la compagnie Hamburg American Packet Company s’échoue sur l’île aux Pommes. Aucune perte de vie n’est à déplorer et 680 immigrants allemands débarquent sur l’île.

Ce navire de 2578 tonnes, d’une longueur de 314 pieds et d’une largeur de 39 pieds, construit en Allemagne en 1890, avait une vitesse de croisière de 11 nœuds. Selon les fiches techniques accueillait 560 passagers à son bord; 10 en première classe et 550 en deuxième et troisième classes. Les journaux de l’époque, dont le Québec Morning Chronicle du 19 mai 1893, rapportent par contre 680 passagers lors de l’échouement.

On ne déplora aucun décès suite au naufrage; les passagers en furent quittes pour passer quatre jours sur l’île. La compagnie envoya, de Québec, un navire les rescaper pour les conduire à la quarantaine de Grosse-Île et le paquebot, en piteux état, de son côté, fit route vers Québec, toué, et arriva à destination 11 jours plus tard.

En 1927, le Dr Stanislas Gaudreau se porte acquéreur de l’île aux Pommes sous la suggestion de son beau-frère, le Dr David-Alexis Déry. Dentistes à Québec, les deux hommes partagent la même passion pour la nature et les sciences. En raison du braconnage lors de la période de nidification des canards au printemps, sur les îles aux Pommes, aux Basques, et Razades, le Dr Déry fonde, en 1920, avec d’autres naturalistes et spécialistes, la Société Provancher dont le mandat est notamment de promouvoir la diffusion des connaissances de l’histoire naturelle, favoriser une information bien dirigée et protéger la faune ailée des îles Razades et de l’île aux Basques.

Les fondateurs : des notables de la ville de Québec dont : l’abbé Philéas-Joseph Filion, professeur de chimie et futur recteur de l’Université Laval ; l’abbé Alexandre Vachon, professeur de chimie à l’Université Laval, Charles-Eusèbe Dionne, naturaliste chevronné et conservateur du Musée de l’Université Laval ; Joseph-Émile Bernier, médecin et inspecteur des pêcheries du golfe du Saint-Laurent ; et bien sûr, David-Alexis Déry et Stanislas Gaudreau.

C’est ainsi que dans le même élan de préservation, il convainc son beau-frère d’acheter l’île aux Pommes en 1927. Il y constate alors une invasion progressive des goélands et cormorans à aigrettes.

À la même époque, devant le succès de la création de la Société Provancher, David-Alexis Déry, les abbés Filion et Vachon, le Dr Bernier et éventuellement le docteur Georges Préfontaine recommandent d’effectuer des recherches en biologie marine dans le Saint-Laurent et la création de laboratoires océanographiques au Québec.

De son côté, l’Université Laval désire se doter d’un institut biologique. Elle mandate les docteurs Déry et Préfontaine d’établir des contacts et de visiter des laboratoires états-uniens. Ils se rendront ainsi à Cambridge, Woods Hole, Boston et New York.

En avril 1931, la Station biologique du Saint-Laurent voit le jour dans le but d’étudier les « conditions physiques, chimiques et biologiques du Saint-Laurent, acquérir « une connaissance exacte des courants qui le sillonnent » et étudier la « migration des poissons ».

En 1931, le réputé botaniste Frère Marie-Victorin a effectué ses études sur la végétation de l’île aux Pommes. Il rédige la Florule phanérogamique de l’île aux Pommes, dans le rapport de la Station biologique du Saint-Laurent. Il effectue les mêmes observations pour le compte de la Société Provancher sur les florules de l’île aux Basques et des deux Razades.

De plus, le Dr Déry est un des premiers à contribuer aux études de migration, participant au baguage des oiseaux au Canada. Dans les rapports annuels de la Société Provancher, il rédigeait régulièrement des rapports sur le nombre de jeunes goélands argentés bagués sur les Razades. Quelques décennies plus tard, les chercheurs Gaston Moisan et J-M. Poulin, ont publié dans la revue le Naturaliste canadien, en 1967, un article sur la migration et le taux de mortalité des goélands des îles Razades. Sans les quelque 4,965 jeunes goélands bagués par le Dr Déry entre 1933 et 1939, cette étude n’aurait pas été possible.

Sa réputation l’amène à côtoyer les plus grands. Ornithologue reconnu par la communauté scientifique nord-américaine, il participe à de nombreux colloques outre-frontières où il côtoie amicalement certains ornithologues de réputation mondiale tels que Allan Cruikshank, John Bichard May et l’Américain Roger Tory Peterson.

Le 13 février 1946, Stanislas Gaudreau vend la propriété de l’île à David-Alexis Déry. À son décès, David-Alexis Déry laisse en héritage l’île à son épouse Blanche Gagnon-Déry qui signera l’acte de propriété le 12 mai 1959. Elle vend son île à son fils aîné Stanislas Déry le 11 juin 1971

Depuis les années vingt, l’île voit son environnement se dégrader alors que des milliers d’oiseaux marins, qui se nourrissent des résidus de la pêche commerciale, sont présents dans l’ensemble de l’estuaire. La population d’oiseaux marins sur l’île connaît un sommet dans les années cinquante alors que 20 000 goélands et plusieurs milliers de cormorans, incluant les jeunes en période de nidification, occupent l’île aux Pommes.

Or, ces deux oiseaux, à leur façon, nuisent à l’environnement de l’île et la croissance des populations de ces oiseaux constitue une menace pour le milieu naturel. Les goélands, prédateurs des canards et plus précisément des œufs et des canetons, mettent en danger la nidification annuelle des canards eiders et quant aux cormorans, leurs excréments de nature basique détériorent irrémédiablement la végétation rendant le sol inapte à une végétation diversifiée et abondante. De plus, l’omniprésence de ces oiseaux rend le milieu inhospitalier à la présence humaine. L’odeur nauséabonde qui se dégage de l’île est telle qu’elle est perceptible à plus d’un kilomètre de distance et l’épaisse couche de guano qui recouvre les roches rende leurs surfaces glissantes. L’île se caractérise désormais par de grandes surfaces dénudées et inertes. La dégradation semble irréversible.

Au milieu des années soixante-dix, Stanislas Déry et son fils Gaston entreprennent des démarches auprès de la Direction aménagement et exploitation de la faune du Ministère du Loisir, Chasse et Pêche du Québec afin que les gestionnaires mettent sur pieds un programme de contrôle du cormoran à aigrettes sur l’île aux Pommes. Le ministère, en mars 1980, suite au rapport de visite de l’île par des biologistes attitrés, informe le propriétaire qu’il recommande d’interdire ce contrôle prétextant que les dommages à la végétation sont une évolution normale, que l’omniprésence des oiseaux marins en période de reproduction fait de cette île un site de villégiature de peu de valeur si ce n’est à l’automne, où l’île peut être considérée comme un très bon site de chasse aux canards.

Une avenue de solution est présentée à Stanislas Déry par son fils, Gaston. La fréquence des visites à l’île de ce dernier au cours des saisons estivales de 1979 et 1980, lui ont permis d’examiner la situation et de proposer un plan d’aménagement susceptible de reconstruire un habitat îlien idéal pour le canard eider. Le 25 novembre 1980, Stanislas Déry vend l’île aux Pommes à son fils Gaston.

La formation en génie forestier de Gaston Déry lui permet d’évaluer la situation et d’analyser scientifiquement l’ampleur de la dégradation. Dès 1980, les analyses de l’environnement procurent une connaissance précise des lieux et l’orientation des travaux à prévoir se précise. L’objectif d’un plan de réaménagement idéal serait de permettre à l'île de se régénérer et de se couvrir d'une végétation propice à un habitat naturel caractérisé par une biodiversité riche pour la faune aviaire.

Les résultats escomptés seraient l’apparition d’une végétation arbustive et herbacée de forte densité favorisant un habitat propice aux eiders et ne correspondant plus aux besoins des goélands qui préfèrent des surfaces découvertes.

Des interventions précises furent effectuées pour atteindre nos objectifs dont un brûlage contrôlé de toute la surface de l’île et une scarification du sol pour favoriser la décomposition de la matière organique accumulée au fil des ans. De l’azote fut incorporé au sol pour accélérer le processus de décomposition et un supplément minéral pour stimuler la croissance des végétaux. De la terre meuble et de la tourbe furent épandues pour accueillir des taillis d’arbustes, provenant notamment de l’île aux Fraises, tels des groseilliers, de l’églantier et des framboisiers furent plantés au pourtour des arêtes rocheuses et dans la plaine herbacée. Enfin, un réseau de sentiers fut élaboré pour faciliter le suivi et l’entretien des travaux d’aménagement.

Ces travaux d’aménagement ont bénéficié du support financier et opérationnel de Canards Illimités et du support du Service canadien de la faune du gouvernement fédéral dans le cadre du Programme d’aide à la gestion et à l’acquisition des habitats du Plan d’action Saint-Laurent. Jean Bédard, président de la Société Sauvagiles avait de son côté proposé en janvier 1988 un plan de gestion des populations de cormorans à aigrettes dans l’estuaire du Saint-Laurent. Il recommandait d’adopter un plan quinquennal de contrôle des populations de cette espèce afin de diminuer les dommages à la couverture végétale caractérisant plusieurs îles constituant des habitats essentiels pour la sauvagine.

Finalement, ces efforts portent leurs fruits. Le Ministère du Loisir de la Chasse et de la Pêche considérant les îles de l’estuaire comme des joyaux des habitats fauniques du Québec, prend la décision de passer à l’action en appliquant le plan de gestion du cormoran. Les interventions débutent au printemps 1989 pour une période de cinq ans. Ce plan de gestion rétablit un équilibre entre le nombre d’individus et la protection des habitats insulaires de l’estuaire du Saint-Laurent.

En 2007, les démarches de revitalisation et de conservation, entreprises sur l’île aux Pommes depuis 1980, sont récompensées par l’obtention par Gaston Déry d’un Phénix de l’environnement remis par le Gouvernement du Québec, dans la catégorie Mise en valeur de milieux naturels et de la biodiversité. Ces Prix sont reconnus comme les plus hautes distinctions environnementales décernées dans ce domaine.

L’île présente un visage verdoyant où une nature forte s’est installée. Ses habitats naturels, sa richesse faunique et sa flore de plus en plus diversifiée, la rendent suffisamment attrayante pour qu’elle soit citée comme un joyau environnemental. Fruit d’une longue réflexion, de démarches concertées et d’actions concrètes, l’unique objectif demeure la conservation du patrimoine et la sauvegarde des écosystèmes et des espèces.

Nous joindre

Société de protection et d’aménagement de l’île aux Pommes

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.ile-aux-pommes.org

Liens utiles

Radio-Canada, La semaine verte: “Le gardien de l’île”.
À voir sur Archives de Radio-Canada en cliquant ici
Radio-Canada, La semaine verte: “La planète des eiders”.
À voir sur Archives de Radio-Canada en cliquant ici
- Gouvernement du Québec, “Réserve naturelle de l’île aux Pommes” sur
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
http://www.mddep.gouv.qc.ca/iles-pommes/index.htm
- Nature Québec, ZICO
http://www.naturequebec.qc.ca/zico/
- Journal Le Soleil, Jacques Samson, Chronique Oiseaux et compagnie, “Bienvenue
à l’île aux Pommes”
http://www.lapresse.ca/le-soleil/bienvenue-a-lile-aux-pommes.php
- Journal Le Soleil, Richard Boisvert, “L’île aux Pommes en héritage, l’île du bout
du rêve”
http://www.lapresse.ca/lile-aux-pommes-en-heritage.php -